B i o g r a p h ie

Catherine Elvira Chartier s’est taillé au fil des ans une place de choix dans le milieu. Elle est reconnue pour sa grande musicalité, sa voix ronde et envoutante et sa grande maitrise du legato. Elle est titulaire d’une maitrise en interprétation de l’Université de Montréal et diplômée de l’Université de Sherbrooke sous la direction de la soprano Gail Desmarais. Elle a obtenu le premier prix du Concours de musique du Canada en 2002, le premier prix de sa catégorie ainsi que le 2e prix toutes catégories au Concours de la National Association of Teachers of Singing en 2003.


Elle fut la Comtesse des Noces de Figaro de Mozart dans la traduction française d’Éric-Emmanuel Schmitt présentée en grande première nord-américaine en 2006. Elle se consacre ensuite davantage à la mélodie française, la cantate et l’oratorio et ainsi chantera sous la direction de chefs internationalement réputés, tels que Ivars Taurins, Bernard Tétu et Jean-Marie Puissant et partagera la scène aux côtés de Lyne Fortin et de Natalie Choquette. Elle s’est fait remarquer notamment dans le Messie d’Haendel, le Requiem de Brahms, le Gloria de Poulenc et plusieurs autres œuvres sacrées. En avril 2016, lors du grand concert pour la sauvegarde de la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke, elle brille dans le Te Deum de Dvořák et le Magnificat de Rutter. 

 

Soprano fétiche du compositeur Robert Ingari, leur collaboration ne cesse de grandir. Catherine Elvira Chartier participe d’abord comme choriste et soliste à l’enregistrement de  l’album Sacred Choruses/Chœurs sacrés en 2009, puis co-fondera le Chœur de chambre du Québec, en 2011.  Il composera pour sa voix dans la Cantate en trois lieux, créée en 2013, Pars, cours, vole, hymne composé pour la collation des grades de l'Université de Sherbrooke, créé à l’automne 2016 pour le 10e anniversaire de cette grande cérémonie, puis le grand solo de Saint-Laurent, œuvre pour 17 voix, créé en 2018. L’année 2020 voit naitre avec le grand confinement de la COVID-19 un nouveau projet créé à distance. Un cycle de 12 mélodies sur des poèmes écrits par des femmes, intitulé Souvenirs d’un paysage. Son travail avec Robert Ingari la mène à chanter ici et à l’étranger notamment, aux États-Unis (Carnegie Hall, New York) et en France (Philharmonie de Paris et autres lieux) et au Canada.


Son premier CD solo Un voyage, une voix, une guitare voit le jour en mars 2019. Elle y présente avec brio des œuvres de Fauré, Schubert, Duarte, Brouwer, Cordero et Villa-Lobos, accompagnée de son complice, Pier Carlo Liva, guitariste.